Le livre des Tôda

La charmeuse de bêtes, tome 1.

Nahoko Uehashi.

Le Tôda est représenté ici comme un dragon chinois.

Ce premier tome nous plonge dans un Japon médiéval, quelque peu différent de part la présence de bêtes mystérieuses et fantastiques. Erin, une petite fille de 10 ans, va avoir beaucoup de problèmes : en effet, sa mère, soigneuse de Tôda, est accusée de la mort de plusieurs Tôda. Suite à cela, Erin va se retrouver loin de chez elle, chez un apiculteur qui la recueillera. Et cela, malgré le fait qu’elle a les yeux verts : ce sont les traits d’une population accusée de sorcellerie. Nous allons donc suivre, pendant les 2 tomes que compte la série, la vie d’Erin, de ses 10 ans à ses 18 ans.

Le premier tome n’a pas vraiment « d’action », mais étrangement, on n’en ressent pas le manque. Effectivement, on suit la vie tranquille d’Erin, qui ne rencontrera les Ojû qu’à la moitié du livre (à ce niveau du livre, la base de l’histoire est posée). Ces animaux légendaires changeront sa vie. D’après leur description, ce sont de majestueux Oiseaux/Loups, très grands et quelque peu agressifs envers les humains. Ce qui, bien sûr, n’est pas à leur reprocher car les humains, pour les contrôler, utilisent un sifflet à ultrason qui les « tétanise ». Les réflexions d’Erin sur les animaux, l’univers, le bestiaire, ses reproches vis à vis de l’homme envahissant la nature et l’extinction animale sont très agréables à lire et à cogiter. L’auteur arrive à nous emporter sans encombres et à nous rendre accro : j’ai en effet lu ce livre à vitesse grand V !  Et à la toute fin, on me coupe dans la lecture : « A suivre » qu’ils me disent … Mais où est le tome 2 ? Vite, allons l’acheter ! Aussitôt dit, aussitôt fait. Le deuxième tome mêle conflit politique, découverte plus profonde des Ojû, guerre et étude. Je conseille ces deux tomes pour découvrir la culture nippone, pour vous faire rêver pendant un week-end,  où, même si vous n’êtes (à votre avis) plus dans la catégorie « jeunesse », vous re-découvrirez cette catégorie avec plaisir.

Note : 17/20

Ps : Vous pouvez aussi regarder l’animé, nommé « Kemono no Souja Erin » qui compte 50 épisodes de 20 minutes chacun (je ne crois pas que tous les épisodes soient encore disponibles, mais au moins une bonne moitié). Mais attention ! Les choses y sont différentes : même si l’on retrouve la trame principale, les Ojû et les Tôda ne sont pas physiquement pareils (les Ojû n’ont pas de pattes avant ! Cela m’a contrarié !) et il manque beaucoup d’éléments du support papier.

Publicités

1 commentaire (+ vous participez ?)

  1. bookkingdom
    Sep 25, 2010 @ 10:33:59

    Je vais bientôt lire le premier !! 🙂 Ça a l’air vraiment bien ^^

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :