Canisse

Olivier Bleys.

Lecture en partenariat avec  Folio SF et cela grâce à Livraddict, merci beaucoup =) !

 

Quel gros animal !

 

Ce livre raconte l’histoire de Xhan, un des meilleurs gardes-pêche de l’univers, mis d’office à la retraite Il n’a plus rien à prouver, sait que sa fin est proche et  part à la recherche d’un poisson fabuleux que traquent aussi des braconniers. Que va-t-il trouver sur Canisse, cette planète mystérieuse qui ne figure sur aucune carte ? Il a un étrange pressentiment…

Voilà un livre démoralisant, sombre me suis-je dis après les deux premiers chapitres ! Mais j’ai continué car l’auteur a une excellente maîtrise de l’écriture. Les phrases sont très élaborées, le style est fluide et le vocabulaire recherché.

Le personnage principal n’a jamais connu ses parents. Il n’a pas d’histoires, vit seul et la maladie qu’on lui annonce ne lui laisse que peu de temps à vivre. On a envie d’accompagner, de l’aider et tant pis pour cette atmosphère pesante mais si bien retranscrite ! On se dit qu’il n’a plus rien à perdre quand un inconnu lui propose cette « dernière » aventure, sur la planète Canisse et qu’il a raison de tenter l’aventure. Petit à petit on le suit et on se rend compte que rien n’arrive par hasard et qu’une machination se dessine. Que font les braconniers et les « nouveaux arrivés » sur Canisse ? Pourquoi son organisme réagit ainsi à l’approche de cet animal monstrueux ? Les questions sont multiples ! On plonge, comme Xhan dans cette mer très spéciale à la recherche de son identité et du poisson gigantesque.

Les descriptions sont très vivantes, on s’imagine tout à fait en compagnie du pêcheur, on comprend ses réflexions, ses interrogations. La vie des habitants de la planète est aussi très bien racontée et on se prend à la comparer avec celle des premiers habitants de l’Amérique face à l’arrivée des Conquistadors. L’auteur n’est pas tendre avec ses personnages et on souffre avec eux.

Difficile de se détacher de cette prose, qui maintient le suspens jusqu’à la fin du livre… que j’ai donc dévoré en trois soirs. Je le conseillerais à des amateurs de science-fiction aimant les univers pesants, glauques et les terribles secrets que l’on découvre à la fin.

Note : 15/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :