L’ordre des rodeurs

L’apprenti d’Araluen, tome 1.

John Flanagan.

Lecture en partenariat avec Hachette et cela grâce à Livraddict, merci pour ce premier tome d’une série prometteuse.

Une couverture banale pour de la fantasy

Dans ce premier tome de la série « L’Apprenti d’Araluen », nous faisons connaissance avec cinq adolescents orphelins, recueillis par un Baron, seigneur d’une contrée faisant partie d’un royaume qui, pour le moment, vit en paix. Chacun de ces 5 adolescents va être choisi pour devenir apprenti d’un maître dans son domaine (cuisinier, scribe par exemple). Will, notre jeune héros est choisi par le maître Rôdeur Halt, alors qu’il aurait voulu être guerrier ! Il comprend au fil des jours qu’il est fait pour ce « métier d’espion » et  les aventures qu’il va vivre vont le conforter dans cette idée.

Tous les ingrédients d’une aventure de Fantasy sont présents : châteaux, royaume à défendre, chevaliers, ambiance moyenâgeuse avec mystères et monstres… J’ai bien aimé ce livre et j’ai mis peu de temps à le lire (3 soirs) car on a, très vite, envie de continuer, malgré l’heure tardive. Les personnages sont sympathiques. On voudrait bien savoir, comme le jeune héros, quelle personnalité se cache derrière un Rôdeur, quel est son rôle dans cette société. Le rythme est limpide, agréable, les moments de suspens sont bien amenés. Le mystère de la naissance de Will reste présent et ne sera dévoilé qu’à la fin du livre. Il y a aussi de la bonne humeur, de l’humour et aussi quelques rivalités de personnes et la morale triomphe toujours. Les descriptions sont bien faites. Elles ne sont pas superflues et on rentre ainsi vraiment dans l’histoire, s’attachant à ce jeune apprenti et à son maître qui parait sévère, mais qui tient beaucoup à Will. L’histoire ne nous montre pas beaucoup les « méchants » mais je pense que les tomes suivants vont développer cette partie. Parmi les autres orphelins de l’âge de Will, seul Horace, apprenti guerrier fait, un moment, partie de l’histoire. J’aurais aimé le voir intervenir plus dans l’histoire, surtout à la fin. La vie des autres est laissée dans l’ombre, ce qui est dommage. Il n’y a dans ce roman que quelques animaux, fabuleux ou non, à combattre. Finalement, les batailles ne sont pas essentielles, c’est l’apprentissage de la vie, l’entrée dans l’âge adulte et les réactions des personnages face aux difficultés qui priment. Le style n’est pas trop compliqué et s’adaptera facilement à des lecteurs adolescents qui pourront s’identifier aux héros.

Note : 15/20

Publicités

3 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. petitepom
    Mar 13, 2011 @ 11:33:53

    cela me rappelle l’assassin royal, j’ai un peur de lire la même chose.

    Réponse

  2. scor13
    Mar 30, 2011 @ 05:58:19

    j’ai beaucoup aimé cette lecture. Je pense que l’on retrouvera Horace dans les prochains tomes.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :