Comment (bien) rater ses vacances ?

Anne Percin.

Simple comme couverture ...

(Quatrième de couv’ : ) Pour échapper aux vacances en famille, Maxime choisit d’aller chez sa grand-mère.
Il avait tout prévu pour passer des jours tranquilles devant son ordi… sauf la crise cardiaque de sa grand-mère. Le voilà seul pendant son hospitalisation, et les vacances vont se transformer en feuilleton délirant !

Cette histoire que j’ai lue en quelques heures, un dimanche après-midi où je ne savais pas trop quoi faire, m’a entrainée dans un univers délirant à souhait ! je pensais juste lire un ou deux chapitres  pour voir….Quand on aborde le roman, on se demande vraiment ce qui arrive à cet adolescent aux réactions vives et actuelles. Tout parait simple au départ… mais l’improbable va arriver et l’entrainer dans des aventures rocambolesques. Alors que Maxime pensait passer des vacances cool chez sa grand-mère, gâté par ses bons petits plats, à paresser devant son ordinateur après s’être levé tard, il va être obligé de se comporter comme un adulte et de faire face : les confrontations avec la police, les médecins, la famille, le monde des adultes responsables en général vont donner lieu à beaucoup de quiproquos, de situations humoristiques. On vit avec lui, on compatit et on l’encourage. En quelques semaines, on le voit évoluer, prendre les choses en main, se débrouiller très intelligemment pour gérer le quotidien. Les situations sont très drôles, les réparties très modernes et vivantes : on se croirait dans un film. J’ai eu pas mal de fous rires sur mon canapé ….et c’est assez rare pour le signaler.

Le style est alerte, enjoué et insolent sans que l’auteur en fasse trop : ça sent le « vécu ». Les réflexions sont actuelles, dynamiques. On a beaucoup de sympathie pour les personnages : Maxime, son amie d’internet, sa mamie moderne telle qu’on la rêve tous. Et quand le roman s’achève, on est triste de devoir arrêter de suivre la vie de cet adolescent devenu adulte avant l’heure. On imagine les explications données aux parents qui, eux aussi, ont eu pas mal de problèmes durant ces vacances !

Ce roman destiné à la jeunesse peut être lu aussi par les adultes : je l’ai d’ailleurs fait lire à ma mère qui l’a adoré. Il m’a apportée une bouffée de bien-être, vivifiante et j’ai terminé la journée avec plus d’entrain. J’espère que l’auteur écrira un autre roman du même style avec un humour aussi décapant.

Note 17/20

Amitiés Mortelles

Ben Elton.

Un cadeau =) !

(Quatrième de couv : ) Depuis quelque temps, une série de meurtres à caractère rituel terrorise les Londoniens. Le point commun des victimes : une fâcheuse tendance à persécuter leur entourage. Pour l’inspecteur Edward Newson, cette enquête revêt une importance particulière. Petit, rouquin, il est le plus jeune du service et se trouve régulièrement en butte aux moqueries et aux quolibets. Tandis que la liste des meurtres s’allonge, le tueur se rapproche étrangement des anciens copains de classe de Newson. Ce dernier plonge alors dans ses propres souvenirs – ceux de la promo 86 de l’école de Shalford. Peu à peu Newson exhume les secrets de ses anciens camarades… Les haines, les maltraitances et les souffrances dissimulées. Des collèges anglais aux mœurs impitoyables aux rues de Londres où rôde la mort, un roman noir brillant, doublé d’une critique corrosive et cinglante de la société britannique…

J’ai reçu ce thriller en cadeau il y a quelques mois et je biens enfin de le dévorer et le mot est faible : j’ai regretté de en pas m’y être plongée avant car je l’ai trouvé fascinant. Cette enquête est menée tambour battant, par un inspecteur qui va découvrir petit à petit son « implication » malgré lui, dans cette série de meurtres tous plus horribles les uns que les autres. Tout est réunit pour nous faire vivre les phases des enquêtes : indices troublants, interrogatoires, suspects divers, probables et improbables, fausses pistes…on se laisse emporter par les pages. L’auteur a beaucoup d’imagination et nous décrit, dans les moindres détails, les mises en scènes des différents crimes, tous étranges et horriblement trash. Mais on n’a guère de pitié pour les victimes, elles-mêmes n’ayant pas été très tendres durant leur jeunesse. L’inspecteur est attachant, cynique souvent et nous suivons sa vie personnelle en même temps que son enquête minutieuse. Son aspect physique a du mal à le rendre crédible aux yeux des personnes qu’il côtoie au cours de son enquête. Il en est frustré et on compatit à ses malheurs et ses déboires amoureux.

Tout le livre transpire d’un humour très british, donc plutôt noir et l’auteur ne nous délivre le coupable qu’à la fin ! Le secret a été bien gardé (c’est assez rare que je ne découvre pas le coupable avant !) et le rebondissement final m’a laissée encore plus admirative de l’auteur ! C’est vraiment un maitre du genre et pour corser le tout, il dépeint très bien la société anglaise avec ses mystères. Les relations entre voisins, entre adolescents sont décrites avec beaucoup de précision et de cynisme.  L’humour est constamment présent avec parfois des moments tendres ou drôles pour faire retomber la tension avant une phase forte en émotion. Je le conseille donc vivement aux amateurs du genre !

Note : 17/20

Douce reprise

Bonjour,

Je vais tenter de faire une reprise de critiques. Dans les prochains temps, j’essayerais de poster une critique par semaine.

Je vous souhaite une bonne lecture (future ^^ »)

 

Akajou