Rupture

Simon Lelic.

Lecture en partenariat avec Folio et cela grâce à Livraddict, merci pour cette bonne découverte !

Une tache de sang qui nous renseigne sur le genre du livre.

(Quatrième de couv’ : ) Que s’est-il passé dans ce collège anglais par un après-midi caniculaire? Pourquoi le prof d’histoire, monsieur Szajkowski, a-t-il ouvert le feu sur ses élèves et ses collègues avant de retourner l’arme contre lui? Dépression nerveuse? Pétage de plombs? Schizophrénie?
L’inspecteur Lucia May se voit confier cette enquête sous l’œil de sa hiérarchie. Médias et politiques s’y intéressent de près… Pourtant, au fil des témoignages des adolescents, de leurs parents, des professeurs, quand Lucia pose les bonnes questions – forcément dérangeantes – se dessine une vérité complexe. Derrière la brutalité des faits rôde une violence insidieuse et meurtrière.

L’intrigue paraissait simple, l’enquête sans surprise et facilement bouclée pour quelqu’un qui ne se pose pas de question et veut en finir vite. Mais cette enquête est confiée à une jeune inspectrice, Lucia, qui va voir, derrière les faits évidents, les rouages ayant amené à cette affaire dramatique, et pourquoi on peut relier d’autres affaires à celle-ci. Ce livre interpelle, dés le premier chapitre car, celui-ci, comme plusieurs autres chapitres dans le livre, est composé d’un interrogatoire dont nous n’avons que les réponses ! on est plutôt surpris et on doit reconstituer le dialogue entre les personnes et la police. C’est assez dérangeant, troublant, mais efficace pour se concentrer et entrer dans l’histoire. Petit à petit, on suit Lucia refaisant son enquête, revenant sur les lieux pour en savoir plus, malgré les bâtons dans les roues que son entourage professionnel lui met. Elle est obstinée, elle cherche et trouve les failles, elle retrace l’histoire de ce collège, surtout de son directeur qui tire les ficelles et de ce qui s’y passe depuis quelque temps. Elle ne veut plus se laisser manipuler par ses chefs, ses collègues et les puissants autour d’elle : elle veut la vérité, coûte que coûte. C’est une héroïne très humaine dans un monde malsain de magouilles et de violence. Cette violence, morale autant que physique, dont elle est aussi victime, et qui nous est relatée de manière très réaliste. On se croirait dans un récit d’actualité, un récit bien réel. L’auteur a une écriture nette et précise. Le rythme en est envoutant avec les « moitiés de dialogues ». Tous les chapitres écrits sont utiles et parfois terriblement décrits.  On est bien dans un monde cruel, sans pitié pour les faibles, les sans-grades, les étrangers…..seul l’argent compte et entraine des situations terribles, suicides et meurtres. Ce premier roman est vraiment une réussite. Il me donne envie de lire le second roman que l’auteur vient de publier.

Note : 16/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :