Les dames de Grâce Adieu

Susanna Clarke.

Lecture en partenariat avec Robert Laffont et cela grâce à Livraddict, merci pour cette bonne découverte !

Un couverture pas vraiment joyeuse

(Quatrième de couv’ : ) Ne vous laissez pas prendre au charme paisible de la campagne anglaise. Un pont ancien ou une trouée dans un bosquet peuvent être autant de passages pour l’Autre Pays, ou vivent les fées. De nombreux mortels s’y sont égarés, parfois sans espoir de retour. À cheval entre notre monde et l’Autre Pays vivent les magiciens. Et les magiciennes. Malicieuses, cachottières et impertinentes sous leur apparente modestie, elles s’opposent à la magie masculine qui, comme celle de Jonathan Strange & Mr Norrell, combine l’arrogance à la violence. Elles créent sous la surface du réel des ondes d’émotions, troublent délicatement l’ordre des choses, modifient imperceptiblement le sens commun. Les dames de Grâce Adieu sont trois. Pour protéger leur relative liberté, elles explorent avec délices les maléfices interdits. Leur consoeur, dans un autre lieu et un autre temps, use de toute sa ruse pour se débarrasser des soupçons d’un mari malcommode. Et quand le duc de Wellington entre dans l’Autre Pays pour récupérer son cheval, est-ce à une fée ou à une magicienne qu’il doit se confronter ? Les ruses de la gardienne de Marie Stuart, prisonnière sur ordre d’Élisabeth Ière, sont-elles réellement celles d’une humaine ? Quant à Mrs Mabb, qui aime trop les beaux militaires, surtout s’ils sont fiancés à une autre, elle se heurtera à la joyeuse, et très efficace, cruauté de sa rivale.

Laissez-moi, tout d’abord vous parler du livre, de son aspect physique : la couverture est d’un toucher très agréable, le papier grainé, utilisé pour les pages, de belle qualité, à l’ancienne. Les illustrations, au début de chaque nouvelle et insérées parfois à l’intérieur de celles-ci, sont magnifiquement réalisées, à l’encre noire, avec des traits fins et délicats. Elles reflètent bien le style de l’auteure, expressif, envoûtant, en même temps très classique et très contemporain. Un peu sceptique au début de la première histoire, je me suis laissée emportée par la poésie et la magie qui imprègnent les pages. Les nouvelles sont toutes très originales. Elles ne se ressemblent pas (l’une d’elle est même écrite en » vieux français », ce qui est assez déroutant d’ailleurs) mais on reconnait la patte de l’auteur, son goût pour la précision, son écriture ciselée. Les histoires se terminent parfois abruptement, sûrement pour nous laisser imaginer la fin (bonne ou mauvaise), à notre idée, les fées n’étant pas toujours de « bonnes fées » !

L’auteure nous oblige ainsi à continuer l’histoire virtuellement. Cela déroute tout de même, mais on s’y fait très bien. Notez qu’il y a toujours, dans chaque nouvelle, une bonne dose d’humour, tantôt noir et grinçant, tantôt léger et délicat. C’est ce qui m’a incitée à lire d’un trait chaque histoire. Je n’ai pas encore parlé des personnages découverts au fil des pages : ils sont étonnants, féeriques ou pas, naïfs, attachants ou repoussants suivant les moments et les histoires mais ils ne nous laissent jamais indifférents.

Le style de Susanna Clarke m’a littéralement emballée, je suis tombée sous le charme de cette plume fantasque et fantastique, d’un style à la fois ancien et moderne. Je ne connais pas ses autres écrits mais je crois que je vais les lire pour me plonger à nouveau dans son univers de magie.

Note 16/20

Publicités

4 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Mypianocanta
    Mar 13, 2012 @ 16:14:08

    En dehors de la couverture et des illustrations, mon ressenti sur ce livre est à l’opposé du tien. Je n’y trouve ni magie, ni poésie et aucune originalité. Décidément, c’est assez étrange comment le même texte peut engendrer des émotions aussi différentes.
    A ma connaissance il n’y a qu’un autre roman du même auteur publié.

    Réponse

  2. akashew
    Mar 14, 2012 @ 19:04:05

    MOn dit bien « des goûts et des couleurs » !
    Nous nous retrouverons sûrement du même avis pour un autre livre ! … merci pour l’info (1 seul autre livre)
    Merci pour ton commentaire

    Réponse

  3. stellade
    Mar 18, 2012 @ 20:22:11

    tu as aimé toutes les nouvelles?

    Réponse

    • akashew
      Mar 18, 2012 @ 23:43:40

      Oui, avec une préférence pour « Grotesque et frettes » et « le duc de Wellington égare son cheval ». J’ai un peu moins apprécié « la colline gourmande ». Chacune des nouvelles a un ton particulier.

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :