La guerre olympique

Pierre Pelot

Lecture en partenariat avec Folio et cela grâce à Livraddict, merci pour ce SF sanglant !

Oui, ça va être sanglant …

(Quatrième de couv’ : ) Comment concilier la paix mondiale, le chauvinisme, le contrôle de la démographie, la lutte contre la délinquance et l’amour du sport ? C’est simple… Tous les deux ans sera déclarée la guerre olympique. Des épreuves mortelles où tous les coups sont permis. Pénalité des vaincus ? Dix millions de morts dans leur camp, choisi parmi des déviants dont le cerveau est piégé à l’aide d’une mini-bombe. Quelle belle invention ! Pourquoi n’y a-t-on pas pensé plus tôt ?

Après avoir vu Hunger Games au ciné, j’avais hâte de commencer ce livre dont le thème est très proche puisqu’il s’agit d’une compétition entre deux camps, deux mondes et qui se termine invariablement par des morts. Mais le roman de Pierre Pelot va plus loin,  car le but de ces jeux olympiques est de diminuer le nombre de terriens en éliminant quelques millions d’âmes choisies dans le camp perdant. Cette manière de réguler la population et de programmer cette guerre parait aux yeux de tous tout à fait équitable ! c’est effrayant de voir que peu de gens dans ce futur se révoltent contre cette tuerie programmée ! cette histoire, écrite en 1980, montre donc une vision du monde très organisée, très noire aussi. Tout est finalement décidé par des ordinateurs que tous estiment impartiaux et justes dans leurs décisions. Le peuple ne réfléchit plus et tout est fait pour cela soit « normal » de tuer les perdants et leur famille ! cela fait froid dans le dos mais notre société n’est-elle pas en train de se rapprocher de ce monde implacable ? les épreuves sportives de cette guerre olympique font tout doucement penser aux jeux télévisés et de télé-réalité de plus en plus malsains.

Au cours de cette histoire, on suit la vie de plusieurs personnes et en même temps, les épreuves de qualification et celles du Grand Parcours, le grand final de cette guerre, toutes plus sanglantes les unes que les autres, avec un foisonnement de détails (heureusement qu’il n’y a pas les images et le son !). J’ai trouvé que Pietro, la montagne de muscle, élevé uniquement pour être un héros de cette guerre, était assez attendrissant au début. Mais on se lasse vite de ses exploits et de sa compagne Virginia, élément troublant qui cache un lourd secret. Mager, un meurtrier, condamné du camp rouge, m’a laissée plutôt indifférente car sa folie ne le mène nulle part. J’ai, par contre, bien aimé suivre la vie de Yanni, condamné politique du camp blanc, qui permet d’en savoir plus sur la vie dans ce futur. Je n’en dirai pas plus sur l’histoire pour laisser le lecteur découvrir la fin !

L’auteur a un style vif, fort, sans concessions. J’ai bien accroché à l’histoire malgré le ton souvent « gore », car le dynamisme est présent dans la façon de raconter et on a envie de continuer, de savoir « qui va s’en sortir » ! il y a donc une certaine fascination à la lecture de ce roman que je conseille vivement.

Note : 16/20

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :