Le dernier poète

Sîn, tome 1.

Noureddine Séoudi.

Lecture en partenariat avec Les Mondes d’Atria et cela grâce à Livraddict, merci pour ce super livre !

Sin dernier poete

(Quatrième de couv’ : )Comment une conque couverte de symboles en njomalil ou langue des étoiles, la plus ancienne et mère de toutes les langues, a-t-elle pu échouer sur les berges du Nahdor, alors que la rivière ne communique pas avec l’océan ? Quelqu’un l’a-t-il placée là délibérément ? Quel message renferme-t-elle ?
Le mage Felden, terriblement inquiet suite à la découverte de ce mystérieux coquillage, décide de quitter le Naharina pour rejoindre Kudram, la cité des mages. Se joignent à lui Imrou et Rânsa, deux adolescents qu’il a recueillis enfants, ainsi que leurs amis : Siméon, Dalim et Selma.
Ce long voyage parsemé d’embûches, de rencontres inquiétantes, fantastiques va révéler nos jeunes compagnons : les apparences sont souvent trompeuses…
Notre petit groupe sera-t-il le bienvenu à Kudram ? La prochaine guerre de l’Arbre serait-elle imminente ? Quel sera le destin de chacun d’entre eux ? Quel rôle décideront-ils de jouer dans cet avenir incertain ?

Première remarque concernant ce livre : il faut avoir du temps, et surtout prendre son temps pour déguster ces pages pleines de détails, de poésie. Ce roman de « fantasy » sort de l’ordinaire. Son rythme est différent car il est autant un livre de poésie qu’un livre d’aventures dans un monde imaginaire très foisonnant. Nous suivons l’épopée de plusieurs personnages, dont des enfants avec leurs protecteurs : c’est un thème plutôt classique mais traité avec beaucoup de finesse et de réflexion. Leur voyage nous fait découvrir des contrées diverses, des peuples originaux, mais surtout l’influence de la nature, des forêts sur la vie de tous. La poésie est partout et considérée comme une manière de faire une incantation. Les poèmes peuvent être dangereux ou bénéfiques et cela donne une ambiance assez étrange au récit. On est porté par les mots et même si, parfois, c’est un peu lent, je n’ai pas beaucoup passé de pages. L’auteur réussit à nous accrocher par le rythme, les mots, l’histoire qui devient de plus en plus intéressante au fil des chapitres. Quelques batailles réveillent le récit, le mystère s’épaissit parfois…on ne s’ennuie pas tout au long de l’histoire qui donne vraiment envie de lire le tome suivant. On a envie de faire plus ample connaissance avec certaines personnes rencontrées au cours de l’histoire  et ceux dont on nous parle et qui n’apparaîtront sûrement que dans les livres suivants. Le style de l’auteur est tout en délicatesse, avec énormément de descriptions, un vocabulaire recherché. Seul bémol, j’ai eu du mal à m’habituer aux noms des villes, pays, peuples et personnages dont les sonorités ne sont pas évidentes parfois. Mais ce n’est pas grave, l’aventure vécue avec ce livre très poétique était très belle et m’a fait faire de beaux rêves quand je quittais Imrou et ses amis juste avant de dormir.

Note : 15/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :