La Divine géométrie

Karen Engelmann.

Lecture en partenariat avec JC Lattès et cela grâce à Livraddict, merci pour ce livre instructif !

La divine geometrie

(Quatrième de couv’ : ) En cette année 1791, à Stockholm, la vie est presque parfaite pour Emil Larsson, fonctionnaire au Bureau des douanes, joueu r et célibataire endurci. Mais voilà qu’un soir, Mme Moineau, tenancière d’une maison de jeu très privée et cartomancienne de son état, lui fait part d’une vision qu’elle a eue le concernant : amour et union sont promis à Emil. Elle lui propose de lui tirer une Octave, un tarot préfigurant les huit personnes susceptibles de l’aider à réaliser cette vision, s’il parvient à les trouver. Intrigué, Emil commence donc sa quête. Mais au cour s d’une partie de cartes, les pouvoirs de l’Octave se révèlent dans toute leur profondeur : il ne s’agit plus seulement d’une affaire de cœur. Réunir les Huit est à présent crucial pour tirer le pays du chaos qui le menace. Sous le règne du roi Gustave III, tandis que les vents révolutionnaires font rage à travers les capitales européennes, La Divine Géométrie nous présente une galerie de personnages hauts en couleur dans un récit empreint de mystère et de magie.

Voilà un premier roman qui met la barre très haut !  l’écriture m’a emportée dans un monde très particulier qui ne traite pas vraiment de géométrie, comme le laissait penser le titre, mais plutôt du pouvoir secret des éventails et des cartes. Nous suivons la vie de plusieurs personnages dans la Suède du 18ème siècle, surtout celle d’Emil qui essaie de s’élever dans la société, de faire partie des gens qui comptent, qui ont des « relations ». Madame Moineau est aussi une personne très étrange et attachante qui nous entraine dans le monde de la cartomancie de façon bien spéciale avec l’Octave. D’autres protagonistes sont plutôt manipulateurs, intrigants et malfaisants comme la Uzanne, manipulatrice d’éventails et aussi des gens qui l’entourent. Les histoires de cœur, de pouvoir et de vies tout simplement, s’entrecroisent dans chaque chapitre nous tenant en haleine tout au long du livre. Après quelques chapitres, j’ai pris le rythme et  j’avais bien du mal à me détacher du roman, de son ambiance singulière. L’écriture est précise, très documentée. Les détails très présents, ne sont pas pesants comme dans certains romans et on apprend beaucoup de choses sur les intrigues de l’histoire, la vie en Suède à cette époque, les liens avec la France, la fabrication des éventails, les cartes et leur pouvoir sur les êtres qui leur font confiance, comme ici les principaux personnages. Ce roman m’a vraiment dépaysée, l’époque et le lieu dans lesquels il se passe sont rarement présents dans les romans. J’ai découvert tout un univers original qui me donne envie de lire cette auteure si elle fait paraitre un deuxième roman. Son style m’a plu, je ne me suis pas ennuyée du tout. Je pense même que cela ferait un bon scénario de film ou de série car je visualisais très facilement les scènes et les costumes. En résumé, une belle découverte !

Note : 17/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :