Le garçon dans le chêne

Frefrik Ekelund.

Lecture en partenariat avec Folio et cela grâce à Livraddict, merci pour ce roman policier !

Le garcon dans le chene

(Quatrième de couv’ : ) Yasmina Saïd était trop jolie, trop libre pour ses cousins convertis à un islam radical. Telle est la conviction de l’inspecteur Lindström qui enquête sur son meurtre. Pourtant, sa collègue Monica Gren ne croit pas au crime d’honneur malgré les tensions communautaires qui règnent à Malmö, ville industrielle du sud de la Suède où se sont installés de nombreux immigrés. Les mois passent et l’enquête, faute de preuves, piétine. Jusqu’à ce qu’une autre jeune femme soit assassinée…

Les romans policiers nordiques me plaisent assez souvent à cause de l’ambiance particulière, de leur rythme lent, parfois pesant. Ce livre ne déroge pas à la règle : tout parait simple, facile…eh bien non, tout va se compliquer. L’enquête sur la mort d’une jeune femme d’origine étrangère va nous apprendre bien des choses sur la société suédoise, l’intégration des étrangers. En même temps que se déroule l’enquête, on apprend à connaitre les deux policiers chargé de la résoudre : l’inspecteur Lindström et sa jeune collègue Monica Gren qui se découvrent au fil des pages, apprennent à s’apprécier. Le criminel n’est pas retrouvé et on se demande comment l’histoire va rebondir. Dans une deuxième partie, un autre meurtre va faire évoluer l’enquête. On se rend compte assez vite qui est l’auteur des meurtres, bien avant les policiers qui explorent des pistes ne menant à rien. Et on ne comprendra le pourquoi du titre qu’à la fin du roman. Le scénario est habile, c’est comme un puzzle qui mêle le travail des enquêtes, la vie des suspects et celle des policiers, avec leurs fêlures respectives, leurs problèmes familiaux.

Le style du roman est vraiment « nordique ». Les détails ne sont pas encombrants, les phrases sont simples, nettes. La vie privée des personnes est tout aussi présente que la recherche de la vérité sur les assassinats. Les pistes se font et se défont. La psychologie des différents personnages est bien montrée.

J’ai lu très rapidement cet ouvrage qui m’a tenue éveillée plus longtemps le soir que prévu. Je ne me suis pas ennuyée du tout. Tout est bien construit, sans temps mort. Je lirai certainement d’autres enquêtes de ce duo particulier mais finalement complémentaire. Comment va évoluer la relation entre les deux policiers ? Elle sera sûrement le fil conducteur d’un prochain roman policier de Fredrik Ekelund.

Note : 15/20

Un monde idéal où c’est la fin

J. Heska.

Lecture dans le cadre du projet Hermès (livre voyageur) et cela grâce au Editions Seconde Chance, merci pour ce livre décoiffant!

Un monde ideal ou cest la fin

(Quatrième de couv’ : ) Bienvenue dans un monde idéal !
Un monde idéal où la civilisation telle que nous la connaissons n’existe plus. Dérèglement du temps ? Avènement de la magie ? Crise climatique irréversible ? Épidémie mondiale de mort subite ? Extra-terrestres maladroits ? Invasion de poireaux découpeurs de cervelles ? Crise de déprime globale ? Robots hors de contrôle ? Zombies entreprenants ?
Découvrez 100 histoires drôles, émouvantes, tragiques ou absurdes qui mènent à notre perte ! Mais c’est quoi Un monde idéal ? C’est une collection de livres reposant sur un concept tout simple qui a fait le succès du site Internet http://www.jheska.fr : des textes courts et percutants relatant des histoires basées sur des « et si » ? Un livre parfait pour un petit moment de détente égoïste, dans le bus, à la pause déjeuner, le soir avant de se coucher ou à la plage

La lecture de ce livre de nouvelles m’a donné l’occasion de découvrir cet auteur dont j’avais entendu juste parler (en bien !). Quelle découverte ébouriffante !! L’auteur foisonne d’idées, noires, classiques, farfelues, loufoques… j’ai adoré le ton, souvent décalé, le style limpide, l’imagination débordante et surtout l’humour qui transparait à chaque page. Je ne pouvais pas m’empêcher de continuer, de passer à la nouvelle suivante…tout en sachant que tout conduit à la fin du monde, revue et corrigée une centaine de fois. J’ai apprécié aussi que quelques nouvelles aient des « suites », c’est original et bienvenu. J’ai bien aimé aussi les allusions à certains films et certaines personnes connues. Finalement, on se demande quelle « nouvelle » sera la « vraie » ! Certaines « fins du monde » paraissent tellement plausibles. On serait en droit de paniquer mais l’humour ravageur et les inventions de l’auteur finissaient toujours par me faire rire ou sourire suivant le cas. Maintenant, il faut que je me lise ses 2 autres ouvrages ! Je suis vraiment contente de cette découverte. Merci au « livre voyageur » !

Note : 17/20