La voix du sang

Blond Song, tome 1.

Anthony Ryan.

Lecture en partenariat « Masse Critique » avec Bragelonne et cela grâce à Babelio, merci beaucoup pour ce superbe livre fantasy !

La voix du sang

(Quatrième de couv’ : ) Vaelin n’a que dix ans quand son père, le Seigneur de Guerre du roi, l’abandonne au pied de la grille d’entrée du Sixième Ordre. Cette commanderie éduque les frères qui sont de toutes les batailles. Vaelin y découvrira la vie austère, solitaire et dangereuse d’un combattant de la Foi, qui n’a désormais plus d’autre famille que l’Ordre. S’il voue une haine farouche à son père, cet homme qui l’a dépossédé de son droit de naissance, et chérit le souvenir de sa mère, Vaelin apprendra au gré de son noviciat que les apparences peuvent s’avérer trompeuses. De révélations en révélations, une seule vérité se fait jour : Vaelin Al Sorna est promis à un grand destin. Un destin qui risque fort de bouleverser le Royaume et, par-delà, le monde.

Pour un premier roman, Blood Song : la Voix du Sang est une vraie révélation. On y retrouve tout ce qui fait la « Fantasy » à mon avis ; un monde secoué par des rivalités, la guerre entre les royaumes, un héros malgré lui, un destin…. J’ai immédiatement été transportée dans un monde nouveau, cohérent, un même temps compliqué et facile à comprendre : c’est-à-dire que je n’ai pas eu besoin de relire des passages, d’un jour à l’autre, pour me remettre dans l’ambiance, comme ça m’arrive dans d’autre romans. Il n’y a pas, non plus, de descriptions inutiles. Le style est précis, vif et accrocheur. Il n’y a  pas de temps mort et chaque chapitre m’a apporté quelque chose de nouveau, d’original, de surprenant, même les dernières pages sont importantes et m’ont dévoilé des aspects auxquels je n’avais pas pensé. Malgré le nombre de pages, je l’ai vite dévoré et j’avais du mal à quitter le héros jusqu’au lendemain.

Ce guerrier, Vaelin Al Sorna, dont on suit la vie tumultueuse, depuis ses dix ans jusqu’à la trentaine, est très attachant, foncièrement honnête avec lui-même mais très énigmatique aussi. Je le voyais vivre comme dans un film. On participe aux apprentissages, aux batailles, aux tourments dont il est l’objet et à sa découverte de la force mystérieuse qui l’habite. D’autres personnages sont aussi très bien décrits, ses Maitres, ses Frères et Sœurs (car la religion est très présente). Les « méchants » sont aussi très intéressants et ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

L’auteur sait ménager le suspens, dévoiler ce qu’il faut, quand il faut. Il fait preuve, avec ce roman, d’une grande maitrise de l’écriture et de la progression de l’histoire. J’ai rarement été aussi conquise par un livre comme par celui-ci. Il me tarde vraiment que la suite de ses aventures paraisse ! Vaelin a encore tant de choses à faire et découvrir !

Note : 18/20

Publicités

Le Saut de Malmö (et autres nouvelles)

Tristan Garcia.

Lecture en partenariat avec Folio et cela grâce à Livraddict, merci pour ce livre de nouvelles !

Le saut de Malmo

(Quatrième de couv’ : ) Un athlète en quête du saut parfait, un pilote automobile mystique, une volleyeuse amoureuse qui perd la tête en plein match, un champion cycliste sous ecstasy… Que se passe-t-il lorsqu’un grain de sable vient perturber la mécanique parfaite de ces corps surentraînés, de ces esprits tendus vers la victoire ? La plume tout à la fois caustique et bienveillante de Tristan Garcia rend aux dieux du stade leur humanité.

Je l’avoue, je ne suis pas sportive du tout, je ne regarde pas, non plus les sports à la télé, mais j’ai adoré me plonger dans ce petit recueil de nouvelles choisies, extraites d’un ouvrage plus conséquent. L’auteur, Tristan Garcia, que je ne connaissais pas, nous fait découvrir l’envers du décor du milieu du sport, surtout du sport de haut niveau. Son écriture est directe, nette et vraiment très caustique dans certains récits. Les neuf nouvelles ont toutes leur style, leur charme, leur ambiance particulière. C’est parfois le sportif qui raconte et, parfois c’est une personne extérieure (entraîneur ou journaliste…). C’est agréable à lire car on est, à chaque nouvelle dans un cadre différent. Des sportifs et leur histoire, à un moment donné, sont décrits : on voit ainsi leurs attentes, leurs failles, leurs désirs profonds et, surtout, la façon dont ils sont conditionnés, manipulés, amenés à faire des actions folles, terribles.
J’ai surtout beaucoup apprécié la nouvelle « Cycles », extrêmement drôle, cynique et, finalement, pas si irréaliste que ça ! La nouvelle « La libéro de Cuba » est aussi très originale par l’utilisation des sentiments de la joueuse Cubaine. On voit que, dans le sport, les machinations sont tout aussi présentes, malheureusement, que dans le monde des affaires. Le public ne voit pas se qui se trame derrière la façade des compétitions. Et pourtant, ces descriptions paraissent bien réelles ! C’est aussi très marqué dans la nouvelle « Prunelles brillantes et dents nacrées » qui montre le lien entre la politique, la diplomatie et le sport de haut niveau. Enfin je ne vais pas en dire plus : le lecteur doit découvrir ces petits bijoux très bien écrits et qui nous font voir les sportifs de haut niveau d’une manière qui les rend plus humains. Ce petit livre de 120 pages se lit très vite et je le conseille à tous.

Note : 15/20