Les rumeurs du Nil

Sally Beauman.

Lecture en partenariat avec JCLattès et cela grâce à Livraddict, merci pour ce livre très original !

Les rumeurs du Nil

(Quatrième de couv’ : ) Envoyée en Égypte en 1922 pour se remettre de la mort de sa mère, la petite Lucy, onze ans, est prise dans l’effervescence qui entoure la recherche obsessionnelle du tombeau de Toutânkhamon.
Sa rencontre avec Frances, la fille d’un archéologue américain, bouleverse son existence. Alors que les deux fillettes épient les adultes pour percer à jour les secrets qu’ils gardent jalousement, se forge entre elles un lien d’amitié indestructible.
Des décennies plus tard, hantée par les fantômes et les erreurs de son passé, Lucy les exhume pour tenter de donner un sens aux étranges événements qui se sont déroulés au Caire et dans la Vallée des Rois. Et pour la première fois de sa vie, elle réussit à affronter ce qui s’est passé après l’Égypte, au moment où Frances avait le plus besoin d’elle.

Les Rumeurs du Nil est un livre très original, mêlant histoire, mystère, aventure et amitié. Il nous fait voir, par les yeux de Lucy, la période pleine d’étonnements des années 20 où tous les scientifiques et les gens « qui comptaient » s’intéressaient à l’égyptologie et aux tombeaux de la Vallée des Rois. Lucy, en convalescence est envoyée en vacances en Égypte et va faire la connaissance de Frances qui deviendra sa meilleure amie, de Rose et Peter, 2 gamins qui se retrouvent ballotés d’un endroit à l’autre suite à la disparition de leur mère. Cela incite ces enfants à épier, espionner et chercher des réponses dans le monde des adultes qu’ils côtoient.

C’est Lucy, nonagénaire, qui raconte l’histoire de la découverte du tombeau de Toutankhamon pour un journaliste, enfin ce qu’elle veut bien lui avouer, car beaucoup de réflexion ne sont que pour les lecteurs ! Il y a des détails à foison, on se sent vraiment transportée en Égypte, dans la chaleur, dans l’air vicié des tombeaux et aussi dans les hôtels très chics et les demeures riches. Tout est décrit avec finesse, délicatesse et on vit réellement les aventures avec Lucy. Son retour en Angleterre est aussi bien relaté, mais le reste de sa vie passe plus rapidement surtout vers la fin du livre. Des personnages, que l’on croyait importants deviennent secondaires. Des mystères ne sont pas résolus. Certains portraits sont bien brossés, comme celui d’Howard Carter ou de Lord Carnarvon, de même que ceux de Nicola, la belle-mère de Lucy, qui prend beaucoup plus de place que le père de Lucy.

Le style d’écriture est net, précis et attachant, bien que j’aie parfois été gênée par les dialogues trop adultes dans la bouche d’enfants de 4 à 11 ans. C’est le seul point négatif que j’ai relevé dans ce roman, par ailleurs très captivant, et que je conseillerais aisément à qui veut voyager par la pensée et découvrir la vie d’une héroïne à qui on s’attache très vite.

Note : 14/20

Publicités