Sorti de rien

Irène Frain.

Lecture en partenariat avec Points et cela grâce à Livraddict, merci pour ce récit made in Bretagne !

 

url

(Quatrième de couv’ : ) Un jour, un journaliste m’interpelle : « Vous qui êtes sortie de rien… » Quel rien ? La misère de mon père ? Je retourne en Bretagne. Le fil du passé n’est pas rompu, les gens se souviennent. Un monde stupéfiant ressuscite, un lignage dont j’ignorais l’existence : rudesse et merveilles, austérité et truculence, cocasserie, poésie. L’esprit même de mon père, l’humilié qui ne plia jamais devant l’adversité.

Roman très attachant que « sorti de rien » d’une auteure dont j’avais lu le roman « secret de familles » il y a déjà quelques années. Le style est toujours là, fluide, précis et délicat aussi, féminin donc ! On sent qu’elle va aller doucement pour nous raconter l’histoire de ce père qu’elle admire, qu’elle redécouvre petit à petit à l’aide de documents trouvés dans une valise et de témoignage d’enfants de personnes qu’il a connues. Son voyage dans le temps nous emmène dans une Bretagne authentique, où l’on vit à la dure, où il faut se battre contre les habitudes et se façonner un destin. La vie n’était pas simple au siècle dernier. On fait aussi la connaissance de la grand-mère d’Irène Frain, femme de caractère, et de sa mère, plutôt effacée face à son père volontaire et cultivé malgré son passé de vacher, puis de maçon et qui s’est fait « tout seul ». Les descriptions sont très fouillées, l’ambiance est bien rendue, on remonte dans le temps, on reconstitue les pièces d’un puzzle, tranquillement. On traverse l’ époque difficile, de 1910 à nos jours, avec entre autres l’histoire de la captivité de Jean en Allemagne lors de la deuxième guerre. On découvre quelques secrets de famille, comme, par exemple, d’où vient le prénom de l’auteur.

J’ai trouvé le récit un peu trop lent durant le premier quart du livre, mais, ensuite, je me suis laissée entrainée par l’histoire et le destin de Jean, sa vie difficile, son opiniâtreté, sa volonté de s’en sortir alors qu’il vient d’une famille plus que modeste. Irène Frain sait nous faire partager la tendresse qu’elle voue à sa famille, à son père notamment. Elle a réussi un très bel hommage à son père décédé. Ce roman est à déguster calmement, à savourer pour plonger dans ce passé passionnant.

Note : 15/20

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :